Les murs voix

Faire apparaître des messages indicibles, créer des formes intrigantes dans l’espace urbain en questionnant les troubles qu’ils provoquent, réfléchir à la portée des signes et à leur importance dans l’espace public.

Dans la continuité du compte @feminisme.en.forme.s, l’objectif de ce workshop est  étayer les formes du collage féministe en s’inspirant du protocole du “collage féminicides”, d’interroger la relation entre la forme graphique, le message politique, et les processus qui en découlent. Il s’agit de faire apparaître des messages indicibles, créer des formes intrigantes dans l’espace urbain en questionnant les troubles qu’ils provoquent, de réfléchir à la portée des signes et à leur importance dans l’espace public, de créer un dispositif graphique visible, impliquant le corps, la typographie, la couleur, l’objet et le papier. Les étudiant.e.s participent à la définition d’une gamme de supports, formats, typographies, formes abstraites et couleurs. Il.elle.s dessinent, produisent, composent et collent collectivement. Il.elle.s ont prennent part à la réalisation éphémère d’une œuvre graphique, en ré-employant des matériaux disponibles localement.

Workshop pour 15 étudiants

 

Récupération de supports, sérigraphie, peinture, collages in situ et mockups

2021
Dans le cadre de la Biennale du design graphique de Chaumont au Signe CNDG

 

Avec : Sarah Beausoleil, Enora Bouchez, Eugénie Bidaut, Charlène Cassin, Noémie Dagorne, Aubin Delhaye, Anaëlle Goigoux, Claire Lefebvre, Pauline Lévy, Sébastien Marchand, Lou Maselli, Laura Montbel, June Pagneux, Valentine Poulet, Marie Richert, Anaëlle Turc.
Organisation : Susane Shroeder

Et le soutient de : Arp is Arp et Mathilde Nivet (@feminisme.en.forme.s)

Camille Baudelaire